Micro-aventure ou exploration urbaine

Bibi

Dans notre dernier article, nous vous expliquions en quoi consistait la posture du micro-aventurier. Mais il existe encore une autre forme de visite hors des sentiers battus. Le point sur l’exploration urbaine.

Aventure, exploration…

Rappels de définition

L’aventure

Explorateur-fille égaréeComme nous le disions précédemment, l’aventure est ce qui advient dans le temps, généralement à un individu ou à un groupe d’individus, d’une manière plus ou moins imprévue, ou normalement imprévisible. Nul besoin de partir à des centaines de kilomètres pour avoir l’occasion de vivre des aventures ou expérimenter l’émotion qui découle de l’inattendu.

Il y a ceux qui y voient l’occasion de s’amuser et ceux qui montent immédiatement en stress. Mais après coup, et dès lors que vous en sortez indemne, vous en sortez grandi ; soit vous avez appris quelque chose que vous ignoriez jusque là, soit vous avez gagné en confiance en vous. Déjà deux raisons de vous sentir bien !

L’exploration

Explorateur-marinPour le centre de ressources textuelles et lexicales, l’exploration consiste à parcourir à la découverte de, afin de recueillir des informations d’ordre scientifique, économique ou ethnographique. Le Larousse se rapproche de l’aventure par sa définition : action d’explorer une contrée, un lieu, de les parcourir en les étudiant ; découverte.

Mais l’exploration peut également être statique. Citons par exemple une exploration olfactive – du nez de parfumer au dessus de ses échantillons de senteurs, ou visuelles – de l’ostéopathe qui observe vos dysfonctionnements rachidiens alors que vous bougez devant lui.

Une expérience non sans risque

Danger en terres inconnues

Explorateur-neigeLorsque l’on pense au mot « explorateur », quelques noms nous viennent à l’esprit. Tous de grands voyageurs tels Christophe Colomb et Vasco de Gamma, qui ont ouvert les routes maritimes, ou plus récemment Jacques-Yves Cousteau qui a sondé une partie des fonds marins, ou Paul-Emile Victor qui a investi le pôle nord. Assurément, les découvertes géologiques, ethnologiques et marines de ces hommes ont largement contribué à l’évolution des connaissances humaines. Leurs expériences relèvent d’un exploit dont ils ont pu tirer une certaine gloire.

Mais leurs aventures exploratoires ont essuyé bien des morts aussi : cannibalisme, froid, faim, maladies n’en sont que quelques exemples.

La limite de l’interdit

Exploration urbaine-grilleCependant, n’ayant plus guère de territoires inconnus à inspecter, une nouvelle forme d’exploration émerge depuis quelques temps. Elle permet d’éprouver les mêmes émotions mais n’engage généralement que peu de personnes à la fois. Il s’agit d’explorer des lieux abandonnés près de chez soi, ou pas. Comme Haris, un personnage de Georges Sand, qui fait une exploration attentive des alentours du couvent, pour s’assurer qu’il n’avait pas été suivi, la plus grande prudence est de mise.

Ici le décor alimente l’imagination et nourrit l’exploration, et tout lieu peut faire l’affaire. Ainsi, Honoré de Balzac affirme que malgré la certitude de ne rien trouver, j’entrepris une grande exploration à travers ma chambre, cherchant des écus imaginaires jusque dans la profondeur de ma paillasse.

L’exploration urbaine

Une nouvelle tendance

Exploration urbaine-usineDepuis quelques années, les citadins, généralement éloignés des vestiges médiévaux et des châteaux abandonnés, se sont réorientés vers les bâtiments présents dans leur environnement. Châteaux, demeures, ateliers, usines, moulins…. tout s’y prête !

A la fois plus proches et donc plus rapidement accessibles, toutes ces constructions ont une histoire, car rien ne se construit sans raison. Aussi, chaque bâtiment s’imprègne de la vie de ceux qui l’habitent, souvent bien plus que de son architecte. Un peu comme si les résidents successifs avaient apporté une vibration particulière à l’édifice fréquenté. Une fois abandonné, ces constructions sont peu à peu dévorée par la nature qui reprend ses droits. N’avez vous jamais ressenti l’esprit de ses anciens occupant en voyant un tel bâtiment ?

Notre posture

Exploration urbaine-demeureMême si nous avons déjà exploré des bâtisses abandonnées et avons parfois frissonné en pénétrant dans des maisons hantées, ou été attristés en découvrant de belles demeures livrées à elle-mêmes depuis des décennies, nous l’avons toujours fait avec l’accord du propriétaire ou gardien lorsqu’il y en avait un.

Aventures culturelles vous dissuade de pratiquer librement l’exploration urbaine : la violation de propriété est répréhensible et votre sécurité est primordiale. En outre, nous vous invitons à aiguiser votre sens de l’observation et votre curiosité, comme un explorateur qui découvre un lieu pour la première fois. Posez-vous régulièrement, ouvrez grands les yeux sur votre environnement, écoutez les locaux vous raconter l’histoire des lieux, et laissez vos émotions s’exprimer. Et si, comme sur quelques uns de nos circuits, vous passez près d’un site désaffecté, jetez un oeil à l’intérieur (juste un oeil !) et laissez vivre votre imagination. Vous verrez ! C’est incroyable tout ce que l’on peut ressentir en se connectant aux vieilles bâtisses !

Crédits photo : Pixabay

Vous appréciez cet article ?… Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles publiés