Journée du patrimoine

Bibi

Depuis le début du mois, le rythme effréné de la vie moderne vous a peut-être déjà rattrapé. Pourtant, le mois de septembre reste un mois plein d’agrément.

La température est douce et pratiquer une activité, même sportive, reste agréable. Par ailleurs, les fêtes médiévales se poursuivent en villes, vous laissant libre cours d’imaginer ce qu’il vous plait. De plus, la lumière est parfaite pour photographie les monuments et paysages. Enfin, la plupart des sites touristiques sont encore ouverts… et certains nous offrent le privilège d’ouvrir exceptionnellement leurs portes.

Nous avons repéré pour vous des sites méconnus à voir lors d’une journée du patrimoine en Ile de France.

La petite couronne, 1er volet de cette journée du patrimoine…

Seine St-Denis

Au nord

Jep-St-Denis, auberge communaleL’auberge de St-Denis est un centre d’accueil et d’hébergement appartenant à la ville. Cette charmante bâtisse, nichée dans un parc clos mais arboré de 5000m², date de la fin du 19ème siècle. Animation le 21 Septembre de 13h à 14h.

Les archives nationales de Pierrefitte. Depuis la révolution, elles servent à  collecter, conserver et mettre en valeur les archives centrales de l’État du 7ème siècle à nos jours. Elles représentent près de 300km linéaires d’archives, sur 3 sites : Fontainebleau, Paris et Pierrefitte. Là, 180km linéaires d’archives consultables sur place vous livrent l’histoire depuis la révolution. Ne manquez pas le 21 Septembre de 14h15 à 16h30.

 

L’hôpitel Avicennes de Bobigny, de style mauresque, fait partie des 1% des édifices de la Santé du 20ème siècle inscrits aux monuments historiques. Créé en 1935, l’hôpital est alors franco-musulman. Et il accueille les seuls malades issus de l’immigration coloniale ouvrière du Maghreb. Mais à partir de son rattachement en 1961 à l’Assistance des Hôpitaux de Paris, et au fur et à mesure que la médecine se modernise, l’hôpital n’a de cesse de s’adapter et de se développer. Découvrir l’hôpital c’est voyager dans les histoires complexes et diverses de l’architecture hospitalière. Visite le 21 Septembre de 10h00 à 11h30.

Au centre

Jep-LeRaincy_mairieL’hôtel de ville du Raincy. Il est en construit en 1870,  sur les ruines du château érigé par Berthault en 1802 pour le munitionnaire Ouvrard. Tandis que les prussiens approchent de Paris, il échappe de peu aux canonnades des forts de défense voisins. Puis en 1914, le général Maunoury, commandant de la VIème armée, en fait son quartier général. Il donne l’ordre de rassembler tous les véhicules possibles pour stopper l’ennemi sur l’Ourcq, prélude à la bataille de la Marne. Visite de l’Hôtel de ville, du bureau du Maire, de la salle des mariages et de la salle Bretagne, et présentation du décret impérial de mai 1869, instaurant la commune du Raincy, le 21 Septembre de 15h à 18h.

Jep-Gagny, maison Baschet

 

La maison Baschet à Gagny est l’une des premières maisons à colombages d’Île-de-France. Elle est agrandie en 1900 sur son pignon nord. A la Belle-époque, de nombreux journalistes de “l’Illustration”, revue acquise et développée par René Baschet, s’y retrouvent. Surnommée le “Coteau”, elle accueille Clémenceau ou Anatole France. La ville l’achète en 1982, et les Compagnons du tour de France la rénovent jusqu’en décembre 2000. Les écuries, restaurées en 2003, logent les animaux de la mini-ferme du parc Courbet. Ouverture le 21 Septembre de 14h à 15h.

La mairie de Gagny est une gentilhommière construite en 1715 par François Normand, procureur au parlement de Paris. Ensuite, plusieurs propriétaires s’y succèdent : Jacques Genty de la Grange en 1717, Jean-Jacques Chaponel en 1743, Marie-Victoire Mahé en 1798, les de Laugier-Villars en 1802, Henri-Nicolas Peretmère en 1880. La commune, qui compte alors environ 3000 habitants, se réunit dans un café depuis 1867. Finalement, elle achète le château en 1890 pour en faire son hôtel de ville, agrandi en 2003 et 2004. Visite guidée le 22 Septembre de 14h15 à 15h15.

Au sud

Les murs à pêches de Montreuil. Dès le moyen-âge, les arboriculteurs s’essaient à la production de fruits en espaliers. Ainsi, ils parviennent à produire de bonnes pêches de plus de 400 grammes, réservées aux tables des Tsars, la reine d’Angleterre ou Louis XIV. La Quintinie vient se former sur cette technique et recruter des spécialistes. Plus récemment, en 1920, les arboriculteurs créent un jardin-école pour disposer d’un lieu de recherche et d’expérimentation pour tester de nouvelles variétés de fruits, de nouveaux engrais ou moyens de lutte contre les maladies. La première partie présente les murs à pêches restaurés, magnifiquement aménagés par les jardiniers du lycée. L’autre partie de 4000m² (dont les bâtiments historiques), entretenue par la Société régionale d’horticulture de Montreuil et le Greta, accueille le musée. Depuis l’an 2000, plus de 60 arbres ont été replantés. Visite guidée le 22 Septembre de 15h à 17h.

Val de Marne

Au nord

Le fort de Charenton, de type Vauban, construit en 1840, sert à protéger la capitale sur le flanc sud-est d’éventuelles invasions après celle de 1814-15. D’ailleurs, ce fort remplit pleinement son rôle lors du conflit de 1870-71. A découvrir : ses remparts, ses douves et autres bastions ainsi que sa chapelle. Visite guidée le 22 Septembre de 9h30 à 10h30.

Le fort de Nogent fait partie de la ligne défensive édifiée sous Louis-Philippe. Construit vers 1848, il a pour missions d’apporter sécurité et secours aux populations parisiennes et banlieusardes lorsqu’il le faut. Puis sa vocation militaire évolue pour accueillir le Groupement de Recrutement de la Légion étrangère. Ouverture le 22 Septembre de 11h00 à 17h30.

Le chalet des canotiers à Joinville le pont est construit dans un jardin de particuliers vers 1882. Reconnu par La Demeure historique et les Vieilles Maisons françaises, c’est une propriété familiale depuis 1896 avec des arbres centenaires. Rarement ouverte au public, la propriété recelle 3 bateaux anciens. Visite du jardin le 21 Septembre de 14h30 à 19h00.

A l’est

Jep-Ormesson_chateau

 

Le château d’Ormesson. Elevé en 1630 par Olivier III d’Ormesson, juge-rapporteur au procès de Nicolas Fouquet, il reste dans la même famille jusqu’à nos jours. Il accueille en résidence, Diderot, Madame de Sévigné, le maréchal Lyautey ou encore le roi Mohamed V du Maroc, et le comte Wladimir d’Ormesson, ambassadeur du St-Siège. Ce haut lieu de la tradition littéraire française détient aujourd’hui le plus important fonds d’archives privé de France. Visite guidée le 21 Septembre de 10h à 12h (8€).

Jep-Sucy, château

 

Le château de Sucy en Brie. L’architecte François Le Vau fait appel au sculpteur Van Obstal et à plusieurs peintres de l’école de Le Brun pour décorer ce nouveau château au cours du 17ème siècle. La demeure se destine à devenir la résidence de Nicolas Lambert, conseiller de Louis XIV. Récemment restauré, il retrouve toute sa superbe. En outre, sa ,restée intacte depuis sa création, sera exceptionnement ouverte au public. Visite guidée le 21 Septembre de 14h à 18h.

Le château de Haute maison à Sucy en Brie domine le vieux village. Au moyen-âge, il s’agit de la ferme des stations et d’un logis seigneurial. En 1600, le chapitre de Notre-Dame de Paris érige le domaine en fief de la Haute-Maison. Un château vient remplacer les bâtiments au 17ème siècle. Il est remanié au 18ème. En 1893, Ludovic Halévy, librettiste de Carmen et des opéras-bouffe d’Offenbach, achète le domaine. Sous son impulsion et celle de ses fils, Elie et Daniel, la Haute-Maison connait une vie intellectuelle et culturelle brillante. En 1976, la ville acquiert le château puis y établit la mairie en 1982. Concert d’Offenbach dans le parc le 22 Septembre de 15h30 à 16h30.

Au sud

Jep-Boissy, le château de GrosboisLe château de Grosbois à Boissy St-Léger. Edifié pour le ministre des finances d’Henri IV, il sert de pavillon de chasse au 17ème siècle. Puis il devient résidence des princes de Wagram, jusqu’au maréchal Berthier qui nous laisse son très beau mobilier Empire. Acquis par la société Le TROT en 1962, le domaine devient centre d’entraînement pour les partants de Vincennes :  4 pistes de vitesse, 40kms d’allées cavalières, manège couvert, clinique vétérinaire, maréchalerie,  sellerie et école… Jusqu’à 1500 trotteurs pendant le meeting d’hiver, et plus de 70 entraîneurs y vivent et y travaillent tous les jours. En 2010, un musée de 600m² (le plus important d’Europe) y ouvre. Il retrace 3000 ans d’histoire de courses attelées, des olympiades à nos jours. Visite du château le 22 Septembre de 14h à 17h (10€).

A l’ouest

L’anis gras à ArcueilJep-Journée du patrimoine, Anis gras est une ancienne distillerie du 19ème siècle, fondée par E. Raspail. Abandonnée, elle est réhabilité à la fin du 20ème pour offrir un espace dédié aux artistes locaux : résidences (artistes reconnus ou émergents), scène ouverte (professionnels ou amateurs), accueil-territoire (projets artistiques et/ou culturels locaux), ateliers (écriture/lecture, fabrication/montage d’images, construction d’objets et machineries scénique), cafés artistiques (café concert, café des enfants) et une activité de recherche interdisciplinaire. Une restauration “maison” se met en place lors des soirées d’ouvertures publiques. Visite guidée sur l’architecture industrielle de cette époque le 21 Septembre de 15h à 16h.

Haut-de-Seine

Au nord

Jep-Suresnes, le mont Valérien

Le mont Valérien à Suresnes. Enceinte militaire, berceau des transmissions, site chargé d’histoire et d’émotion, le 8ème régiment de transmissions en partenariat avec l’ONAC VG vous accueille pour un programme d’exception. Découvrez le dernier colombier militaire d’Europe, le Mémorial de la France Combattante, la clairière et la chapelle des fusillés,… Visite guidée le 21 Septembre de 10h à 11h.

Jep-Bois-Colombes_chateau des tourelles

 

 

 

Le château des Tourelles à Bois-Colombes. En 1893, les architectes colombiens Albert et Paul Leseine, très connus sur Colombes, sont mandatés pour construire ce petite château. Ils en font une maison de villégiature pour la fabricante de corsets Maria Marcel. Acheté en 1928 par la commune, il sert quelques temps de salles de réunion pour les associations, la caisse des écoles, la bibliothèque municipale ou le bureau central de l’octroi. Puis dès 1950, il est loué à la Sécurité sociale. Dpuis juin 2007, le château est inoccupé. Aussi, le bâtiment va être réhabilité pour accueillir, en 2020, un centre d’arts et d’expositions pour artistes en résidence. Visite commentée le 21 Septembre de 10h à 11h.

Jep-Courbevoie_pavillon des Indes

 

Le pavillon des Indes à Courbevoie. Le prince de Galles, futur Edouard VII, fait construire cet édifice pour l’exposition universelle de 1878. Il souhaite y exposer les présents reçus lors de son voyage en Inde. Composé de plusieurs bâtiments réunis par une galerie centrale, le bâtiment originel, long de plusieurs dizaines de mètres, surprend sur le Champ de Mars. Le pavillon de Courbevoie constitue un élément du palais originel. Il sert d’annexe à une structure en brique, construite à la demande du Prince Stirbey dans le parc de Bécon. Accueillant le peintre George-Achille Fould, sœur de Consuelo Fould, le pavillon des Indes retrouve aujourd’hui sa vocation de lieu de création après sa restauration. Visite libre le 21 Septembre de 10h30 à 19h.

Au centre

Les venelles d’Issy méritent le détour. Allées improbables, venelles et sentiers des hauts d’Issy sont bordés de pavillons en meulières ou en briques roses et de leurs jardins d’agrément. Offrant d’impressionnantes vues panoramiques sur la plaine, la Seine et Paris, elles permettent aussi d’évoquer de grands moments de l’histoire d’Issy-les-Moulineaux. Découvrez les le 22 Septembre de 11h à 12h.

Les crayères de Montquartiers d’Issy sont initialement des carrières étagées sur plusieurs niveaux. A l’époque, d’imposantes galeries voûtées sont creusées pour extraire du blanc de Meudon et de la chaux. Abandonnées lorsque l’exploitation prend fin, elles sont à présent utilisées comme caves à vins et espaces de réception. Visite guidée le 21 Septembre de 11h30 à 12h30.

Au sud

Jep-Meudon_hangar YL’étang de Chalais et le hangar Y de Meudon. Le bassin hexagonal de Chalais se situe dans la partie sud de la grande perspective du Château Vieux du 17ème siècle. Quant au hangar Y, il s’agit de l’ancien hall d’exposition universelle de 1878 à Paris. Bâti en charpenterie métallique, il est remonté à Chalais-Meudon en 1879 pour servir de hangar à ballons et à dirigeables pour l’Établissement central de l’aérostation militaire. Visite commentée le 21 Septembre de 14h30 à 16h.

Jep-Meudon_orphelinat

 

 

Le domaine St-Philippe à Meudon. En faisant bâtir cet édifice à la fin du 19ème siècle sur un site de 14ha, la duchesse de Galliera souhaite offrir un lieu d’accueil pour 300 orphelins. Ils logeront au château et apprendront un métier. Son domaine dispose d’un prieuré avec chapelle, et un parc paysagé vient compléter un jardin à la française et des serres. La fondation Apprentis d’Auteuil achète le domaine en 1947. Aujourd’hui, l’organisation forme et insère plus de 500 jeunes en difficulté scolaire, familiale et sociale. Visite guidée sur inscription le 21 Septembre de 15h à 17h.

A l’est

Bagneux, maison MassénaLa maison de Massena à Bagneux est bâtie en 1760 pour François de Chabannes de Rhodes, théologien. Par la suite, le général André Masséna en fait l’acquisition en 1808 pour y installer sa maîtresse, Eugénie Renique, danseuse à l’Opéra. Il fait ajouter un boudoir décoré de boiseries peintes, les motifs s’inspirant des fresques romaines antiques. En 1816, M. Filastre, curé, rachète la propriété à Melle Renique. Il fait ajouter des ailes couvertes  en terrasse en 1862. En 1900, son successeur, Girandier, maître-carrier, modifie la façade et y installe des vestiges provenant du château des Tuileries, qu’il complète à l’identique. Aujourd’hui, la maison appartient au Diocèse de Nanterre. Visite le 21 Septembre de 11h à 12h.

Bagneux, maison des oubliettes

La maison des oubliettes à Bagneux, existe grâce au cardinal de Richelieu. Il s’en serait servi pour de “basses œuvres”… En 2004, un sondage pratiqué avant les travaux de transformation de la maison en conservatoire met à jour les poutres peintes. Un plafond “à la française” datant des premières décennies du 17ème siècle apparait. Cette découverte exceptionnelle dans les environs de Paris entraîne le classement des solives, mais aussi de la toiture et des façades.  Spectacle de danse le 21 Septembre de 17h à 18h.

Jep-Chatillon_folie

 

La folie Desmares à Chatillon.  Claude Balon se fait bâtir cette folie en 1705. Puis le banquier suisse Antoine Hogguer, l’achète en 1708 pour sa maitresse, Charlotte Desmares, actrice de la Comédie française. Récemment acquise par la commune, elle est réhabilitée en maison du Patrimoine en janvier 2019. Concert organisé le 22 Septembre de 17h à 18h30.

 

Suite, la semaine prochaine.

Vous appréciez cet article ?… Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles publiés