Découvrons Meulan

Bibi

En suivant les méandres de la Seine au nord des Yvelines, se trouve Meulan, cité autrefois de grande importance aux portes de la Normandie. Qu’en reste-t-il ?

Découvrons Meulan

Un poste frontière

Meulan_ile du fortTerritoire occupé par les Celtes, les Gaulois bâtissent un comptoir commercial sur l’ile belle au 3ème siècle avant Jésus-Christ. Les saints Nicaise, Quirin et Scubicule viennent y christianiser la population. Mais les Romains les enferment au bord de l’Epte. En raison de fréquentes inondations, l’occupant reconstruit Nonciennes plus haut, sur la voie de Beauvais à Orléans. Puis en 725, Charles Martel rattache la cité à sa couronne, et nomme Witram, premier comte. Ce dernier fait édifier une forteresse sur la colline St-Nicolas. On y apporte les reliques de St-Nicaise en 840. Mais en 878, les troupes de Rollon pillent la cité. En 911, l’île est reliée à la cité par le pont aux perches. Alors le comte Galéran y établit un péage.

Un lieu balotté…

Meulan_ville médiévaleEn 1062, son fils fonde le prieuré St-Nicaise. Puis en 1150, Galéran II fait construire l’église St-Nicolas. Après avoir relevé et fortifié la cité, Robert II nomme un maire en 1168 puis rebâtit le château-fort à double-enceinte. Mais Philippe Auguste récupère le comté en 1204. Le bourg connait alors une activité marchande et religieuse importante, et devient siège de prévôté. Eglises, couvents et prieurés s’y établissent et des tanneries se développent le long des berges. La peste noire décime la population en 1343. Pendant la guerre de cent ans, les opposants se disputent la cité. Après que Bertrand du Guesclin fait reconstruire la forteresse de 1365 à 1379, le duc de Bourgogne s’en empare en 1417. Rois de France et d’Angleterre organisent la paix en mariant la fille de Charles VI ave le roi d’Angleterre en 1420. Mais les troupes de Stinflinck chassent les habitants de l’Ile du fort et interceptent toute communication entre Paris et la Normandie. Alors en 1423, parisiens et picards assiègent la ville, qui se rend 2 mois après. Enfin, en 1474, Louis XI offre à son fidèle conseiller, Olivier le Daim, le comté de Meulan.

… convoité par tous

Meulan, ancienne fortificationCatherine de Médicis y vient avec toute sa cour, visiter ses terres reçues en apanage. En 1590, le duc de Mayenne veut s’emparer de la ville pour couper la route du futur Henri IV. Mais ce dernier s’est attiré la sympathie des habitants en autorisant la reconstruction des fortifications. Reconnaissants, les tanneurs lui offrent 40.000 écus pour payer ses troupes. Henri IV anoblit les maîtres tanneurs, qui s’offrent alors les fiefs de Lesseville et de Thun. Quand le roi revient après plusieurs batailles, dont celle d’Ivry dans l’Eure, il écrase le duc de Mayenne, soutenu par les arquebusiers qu’il décharge de toutes redevances et impôts dus à la couronne. Toutefois, le château et l’église St-Nicolas sont en ruines. Subsistent l’église St-Jacques, érigée au début du 16ème, l’église Notre dame et la chapelle St-Michel du 14ème. Enfin, en 1638, Louis XIII crée le monastère des Annonciades, dont les travaux s’achèvent en 1683.

Le temps de l’expansion

Meulan_Ferme du paradisPendant la révolution, les envoyés de la convention, Musset et Delacroix, conduisent les dirigeants de la ville à la Conciergerie, mais les relâchent rapidement, sauf le maire, Didier Challand, qui retrouvera ses biens un an plus tard. Comme ailleurs, Meulan sera secouée par la guerre franco-prussienne. En 1900, le comité des jeux olympiques d’été choisit Meulan pour accueillir les épreuves nautiques. Le choix sera renouvelé en 1924. Mais entre temps, la première guerre mondiale emporte 700 mobilisés, dont 300 jeunes, et plusieurs civils. La ville meurtrie finit par se relever. Puis elle connait l’occupation avant d’être libérée par les troupes américaines en août 1944. De nouveau, la vie reprend son cours puis, à partir de 1970, la ville sort de son enceinte pour coloniser la colline du Paradis et bâtir les terres agricoles. La population quadruple en quelques années. De la petite cité organisée en citadelle, avec ses maisons en amphithéâtre, ne restent que quelques murailles et vieux bâtiments. 

Les édifices religieux

Meulan, Eglise St Nicolas

Edifiée à la fin du 12ème siècle près du château-fort de Robert II, l’église St-Nicolas s’agrandit d’une travée au 13ème. Cependant, son déambulatoire reste dépourvu de chapelles rayonnantes et de transept. Les guerres mettent un terme à sa construction et elle ne sera jamais pourvue de fenêtres hautes. Au début du 16ème, l’église se résout à couvrir la nef en condamnant les fenêtres latérales provisoires. Construite sur un terrain instable, l’édifice souffre et son bas-côté sud est refait en 1765. Entre temps, la façade change en 1764 pour du néo-classique et un clocher complète l’édifice. Pendant la révolution, l’église St-Nicolas devient halle aux blés, alors que les autres disparaissent. En 1870, des remaniements défigurent l’église avec des balustrades épaisses. Malgré tout, l’église est classée en mars 1978.

Et ailleurs…

Pour terminer la découverte de Meulan, il faut voir le vieux pont aux perches, auquel il manque hélas quatre arches. Construit en 1150 et classé en même temps que l’église en 1978, il donne accès à une ferme du 19ème siècle.

Crédit photos : NathyB

 

Vous appréciez cet article ?… Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles publiés