Quelle carte de navigation : papier ou numérique ?

Bibi

Rien de tel qu’une escapade au grand air pour se ressourcer. Toutefois, partir sans carte de navigation pour savoir où l’on va et où on se trouve est irresponsable et dangereux. Alors le mieux est de s’équiper.

Les options disponibles sont aujourd’hui tout à fait fiables, ainsi le choix vous appartient totalement.

La carte papier joue la qualité et la simplicité pour conserver ses adeptes.

Les cartes de navigation papier contiennent plus d’informations que les cartes numériques. En effet, IGN, principal fournisseur français de cartes de randonnées a compris que pour ne pas disparaitre, il était nécessaire de s’adapter. Pour autant, détruire son marché principal pour tout mettre dans le numérique ne figurait pas dans ses objectifs. Disposant d’un monopole sur les cartes au 1/125ème, il était donc plus prudent de conserver et maintenir des cartes papier de haute qualité et d’en proposer une version « allégée » en version numérique. Carte papier

En tant qu’utilisateur de cartes IGN depuis de nombreuses années, que ce soit en version papier ou numérique, nous avons en effet pu constater que la lisibilité et la richesse d’informations en version numérique n’égalait pas la version papier. Faut-il pour autant refuser les cartes numériques ?

Les cartes papier ont également un autre atout, surtout si vos escapades sont occasionnelles ou très localisées. Car votre budget sera préservé avec l’achat d’une ou deux cartes, alors que pour utiliser des cartes numériques, il vous faudra soit prendre un abonnement mensuel ou annuel dont vous n’aurez peut-être pas l’usage, mais aussi installer une application sur votre smartphone ou acquérir un véritable Gps de randonnée. Et là, l’écart budgétaire est magistral. Cela fera l’objet d’un autre article.

La carte numérique mise sur la modernité et la praticité pour les sportifs en tout genre.

Carte de navigation numérique D’accord, la carte de navigation numérique contient un peu moins d’informations que la carte papier. Toutefois, elle dispose d’un atout indéniable : pratique, on l’emporte partout ! En effet, contrairement à la carte papier, la carte numérique est peu encombrante, car pour une carte achetée de la France, même partielle, la place occupée dans votre sac reste inchangée. De plus, vous pouvez l’utiliser des centaines de fois sans que celle-ci se transforme en confettis.

Conclusion.

Si à pieds, la consultation et la lecture d’une carte papier reste fonctionnelle, il en va autrement lorsque l’on part à bicyclette ou à cheval. Là aussi, nous avons testé pendant des années. Combien de carrefours manqués, de demi-tours pour reprendre le bon chemin, de points d’intérêt ratés…. Alors quand la carte numérique est arrivée, ce fut un soulagement ! Enfin nous avons pu ressentir un vrai sentiment de liberté : avancer le nez au vent en suivant simplement une trace dessinée sur une carte numérique. Toutefois, pour profiter de ce vent de liberté, il convient de s’équiper d’un logiciel spécifique pour dessiner ses traces, ou d’utiliser des applications telles que celles proposées par Openrunner, Visorando, etc…. qui nécessitent d’une part d’être connecté, et d’autre part, de ne pas être trop exigeant quand à l’objectif visé, car bien souvent, la mise en place de points d’intérêt et leur gestion est inexistante. Ces applications sont destinées aux amateurs et aux sportifs qui souhaitent tracer un circuit, plus qu’aux professionnels qui cherchent à élaborer un circuit enrichi.

Au final, pour des randonnées à pieds et occasionnelles et très localisées, la carte papier reste un investissement peu onéreux et facilement exploitable. Avec l’achat d’une seule carte, soit environ 10 euros, vous aurez déjà de quoi vous occuper. En outre, si vous êtes un utilisateur intensif de données cartographiques au 1/125ème, nous vous recommandons plutôt l’achat d’une carte numérique. Bien que plus chère au départ, elle vous reviendra moins cher au final car elle durera plus longtemps. Et si vous êtes un randonneur régulier qui utilise quotidiennement sa carte ou au moins une fois par semaine, alors nul doute que vous opterez pour l’usage d’une application ou d’un appareil Gps. Et bien-sûr, vous penserez à emporter des batteries de secours pour une utilisation prolongée – plus de deux heures pour un smartphone et plus de cinq pour un Gps de randonnée. Femme en forêt


Vous appréciez cet article ?… Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles publiés